CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Témoignages Tous les articles

Faire de son passé sa force

Partager

Bien le bonjour. Pour préserver mon anonymat, je vais utiliser un autre prénom.

Je me prénomme Sarah et je suis issue d’une famille de cinq enfants.

Je suis née en Afrique et suis partie en Belgique avec mon père pour fuir la guerre au pays avec mon grand frère.

J’étais seulement âgée de 3 ans. 

Séparée de ma mère très jeune, je me retrouvai avec celle que je pensais être celle qui m’avais accouchée, car étant encore une enfant, je n’avais pas encore tissé de lien avec ma mère maternelle et ma mémoire n’avait rien retenu.

Je vivais donc avec mon père, mon grand frère, ma belle mère et sa petite fille. 

Ces quelques années là ont été les pires années de ma vie. Je ne me souviens pas encore de tout, aujourd’hui encore, mais je me souviens des choses marquantes. 

Parfois il m’arrive de retrouver petit à petit la mémoire sur des épisodes, ou des flashbacks. Je me souviens de cet amour mal proportionné qu’elle nous portait à mon frère et moi face à l’amour pour sa petite fille. Je me rappelle de son impatience envers nous, ou de toutes les choses, histoires qui nous touchaient nous deux.

Papa n’était quasiment jamais à la maison car il occupait un poste de haut fonctionnaire. Ce qui faisait que derrière son dos elle nous faisait la misère, et dès qu’il était présent, elle était la belle mère la plus adorable du monde. Mais dans le secret je connaissais son visage.

Lorsque j’essayais d’en parler à mon père, elle me regardais de ses gros yeux et je savais déjà qu’en son absence, elle allait se venger.

Je me rappellerai toujours de ce jour d’hiver infernal où elle m’a fait prendre mon bain dehors dans une bassine ! Ou encore cette fois où en voulant me défaire les cheveux elle a perdu patience et à directement prit des ciseaux.

Elle a fait de moi une petite fille qui s’est refermée sur elle même, ne sachant pas à qui parler.

Je vous disais aussi qu’à ce moment là, étant enfant, je pensais qu’elle était ma maman, ainsi je ne comprenais pas pourquoi celle « qui m’avait donné la vie » me haïssait autant… 

Mais au fil du temps (longue histoire encore), j’ai retrouvé ma vraie mère maternelle, que mon frère et moi n’avions pas reconnue au début et appelions par son prénom. 

Imaginez vous pour une mère d’être séparée de ses enfants, et lorsqu’elle les retrouve, ils ne la reconnaissent plus du tout !

Mon histoire est longue, il faudrait un livre pour en parler. Mais aujourd’hui ce chemin parcouru a fait de moi une fille qui a de l’amour pour les autres. 

Et oui, ça peut paraître étrange, certains auraient choisi le chemin de rester des personnes fermées sur elles-mêmes, qui parfois utilisent cette souffrance comme prétexte pour faire souffrir les autres. Mais moi non, j’ai décidé de transformer cette douleur/colère en amour ! 

Vous savez quoi ? Une fois que j’ai retrouvé ma mère en France à l’âge de 6/7 ans, je n’ai jamais revu ma belle mère. 

Mais aujourd’hui, Dieu fait tellement bien les choses qu’un jour comme ça dans la rue, ma mère est tombée sur elle ! J’ai une mère qui a un coeur tellement rempli d’amour, de compassion, de bonté  (je ne remercierai jamais assez Dieu pour ça d’ailleurs), qu’elle a pris cette dame dans ses bras, lui a parlé et lui a dit qu’elle lui pardonnait tout. 

Et d’ailleurs, j’ai appris que ma belle mère habitait juste derrière chez moi ! 

Personnellement je ne l’ai jamais encore croisée, mais ma petite soeur qui a vécu avec nous quelques années en Belgique aussi a pu la rencontrer, et toujours avec de l’amour lui a parlé. 

J’espère un jour moi aussi la revoir, lui dire de ma bouche que je lui ai pardonné, la remercier quand même de m’avoir élevée, la bénir.

Nous sommes maîtres de notre destin : ton passé ne détermine pas ton futur ! 

J’ai choisi de faire de cette enfance douloureuse ma plus grande fierté, et si aujourd’hui je suis la femme que je suis, je pense que c’est en partie grâce à ce que j’ai vécu. 

Donc aujourd’hui, décide de faire de ton passé ta force et non une excuse pour ramer aujourd’hui. 

Ce témoignage n’est pas détaillé au complet, vous pouvez bien vous imaginer. J’ai vécu des choses qui m’ont marquée et resteront à vie, surtout dans ma mémoire de petite enfant. 

Mais je reste convaincue que l’on détient la clé du bonheur de notre vie, et cela passe par le pardon. Certes, on n’oublie pas, mais on peut décider de pardonner pour avancer.

Chacun sa vie, chacun son histoire, mais laisse moi te dire que le pardon change une vie et te projette vers un avenir meilleur ! 😘😘😘

Sarah

Initialement publié le 10/07/2018

Source de l’image d’accueil : Tumblr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *