CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Société Témoignages Tous les articles

Body Positive : mon empreinte personnelle

Partager

Une cicatrice c’est un passé.

Une cicatrice c’est une blessure.

Une cicatrice c’est une empreinte

Qu’elle soit la cause d’un accident ou un problème de santé, ce n’est ni un sujet facile à aborder, ni un sujet qu’on devrait taire pour autant. À chacun sa propre manière de la gérer et il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises façons de faire. Comme chaque humain a une histoire et une douleur personnelle, la manière de vivre avec sa cicatrice est singulière.

De ce fait, je ne peux pas parler pour les autres, mais je peux le faire pour moi, en vous racontant mon expérience.

Source : Tumblr

J’ai une cicatrice sur mon torse qui vient d’une opération à cœur ouvert que j’ai eue à ma naissance. C’est pour vous dire, j’ai eu le temps de m’y habituer. Pourtant elle est bien visible, puisqu’elle débute à la naissance de mon cou, traverse ma poitrine et arrive jusqu’à mes côtes. Il est presque impossible de la cacher et d’ailleurs je n’ai jamais cherché à le faire. Parce que ma cicatrice fait partie de moi et que je n’en ai pas honte.

Je ne dis pas que c’est tout les jours facile et agréable de vivre avec. Je n’ai jamais vraiment aimé quand un inconnu vient me parler pour soit me demander d’où elle vient, soit me dire qu’il me comprend car un membre de sa famille/un ami a la même chose ou encore qu’il est médecin. Ne vous méprenez pas, je ne me sens pas mal à l’aise de parler de cette cicatrice à mes amis. Mais quand il s’agit d’une personne que je ne connais pas ou pas bien, avec qui je ne suis pas très proche, j’ai comme l’impression qu’il s’introduit dans ma vie personnelle. Je pense que le plus dur, c’est qu’il m’arrive d’avoir le sentiment que la personne en face de moi s’approprie mon corps. D’ailleurs, il se passe la même chose avec mes tatouages. Sous prétexte que vous avez sur votre peau quelque chose de différent, qui sort de l’ordinaire ou bien qui raconte une histoire, tout le monde se permet d’en parler à votre place. Quand quelqu’un d’autre que moi parle de ma cicatrice ou de mes tatouages, j’ai ce sentiment, peut-être absurde, que ma peau n’est plus vraiment la mienne et que cette personne essaye de s’attribuer ce qui est à moi et ce qui est important pour moi. Elle est mon empreinte.

Pourtant, je n’ai pas honte de ma cicatrice, j’en suis même plutôt fière. Elle est ma force et je ne pense pas qu’elle me rend moins jolie ou moins attirantes que d’autres. Ça ne m’a jamais traversé l’esprit. Peut-être que c’est justement ça. Devant une cicatrice, les gens présument que quelque chose de grave c’est produit ou que vous n’êtes pas à l’aise. Mais ce n’est pas tout le temps vrai. Chacun sa cicatrice, chacun sa manière de vivre avec et personne ne peut présumer pour une autre personne ce qu’elle ressent vis à vis de son corps. Et c’est vrai pour tout. Ce n’est pas parce que dans notre société, les cicatrices sont vues comme quelque chose de triste et parfois laid que c’est ce que je ressens. Et ce n’est pas parce que je suis fière de la mienne que je pense que tout le monde est comme moi.

Source : @shalomblac (Instagram)

Assumer n’est pas facile et je pense que cela peut-être plus difficile si elle est liée à un moment traumatisant. Car en soi, ce n’est pas la cicatrice le problème mais ce qui l’accompagne (un souvenir, une maladie). Ce qui est difficile c’est d’afficher devant tout le monde votre vie personnelle en sachant que de temps en temps quelqu’un vous posera des questions auxquelles vous n’avez pas envie de répondre. Ce qui est difficile, c’est de vivre avec ce que cette cicatrice vous rappelle et de ne pas en avoir peur. De ne pas avoir peur du regard des autres sur ce que vous pouvez considérer comme une différence. Parce que je vous assure, une cicatrice ne rend pas quelqu’un laid, ou ne le diminue pas.

J’ai décidé, il y a longtemps, de ne pas la laisser me définir plus qu’elle ne le fait déjà. Je porte ce que je veux sans y faire attention et je ne cherche pas à la faire enlever. Je supporte les remarques et quand les questions me gênent je le dit clairement ou j’utilise l’humour. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai répondu à quelqu’un « c’est parce qu’un savant fou a fait des expériences sur moi » et « en fait, je me suis pris un sort ava cadavra, mais ça va, j’ai survécus. Tu ne savais pas ? Harry Potter c’est moi ». Elle ne me fait pas douter de moi, bien au contraire. Et je ne laisserais personne m’enlever ce que je suis, ni s’approprier mon empreinte. C’est comme ça que j’ai choisi vivre et je me débrouille plutôt pas mal. 

Qu’on en ait peur ou qu’on l’accepte, il faut se mettre en tête que cette cicatrice est la votre et que personne n’a le droit de vous dire ce que vous devez faire avec. Votre corps, vos règles.

Source : @laurahesp (Instagram)

Salomé

Initialement publié le 01/09/2018

Source de l’image d’accueil : Tumblr

Article précédent
Article suivant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivant